Errata :

p. 26. c’est « contribution économique territoriale (CET) » et non « contribution foncière des entreprises (CFE) ». CFE est l’acronyme de cotisation foncière des entreprises qui est une composante de la CET.

p. 27. La nouvelle taxe carbone est une composante des taxes sur les énergies fossiles (TICPE, TICGN), à l’exclusion des taxes sur l’électricité (CSPE, etc.).

Imprécisions :

p.43. Les montants indiqués s’agissant de la taxe en cas de changement matrimonial doivent être divisés par deux.

p.77 et s. S’agissant des cotisations patronales  sur la fiche de paie, il est écrit entre parenthèses qu’elles ne sont pas affichées (p. 77) et pas visibles (p. 80). C’est bien entendu une « image » destinée à interpeller le lecteur. Elles sont effectivement affichées (nous savons que tout le monde a déjà vu une fiche de paie) mais non affichées explicitement comme venant réduire le salaire extra-brut ou complet du salarié (celui qu’il pourrait toucher en l’absence de cotisations), comme dans d’autres pays. Autrement dit, ces cotisations patronales sont affichées sans l’être, dès lors que le salarié ne comprend pas nécessairement que ces cotisations sont supportées économiquement par lui-même.

 

L’auteur s’excuse pour les petites erreurs/imprécisions qui se sont glissées dans l’ouvrage impôts-mania, l’absurdité fiscale française.

0 shares