Pas de nouvel impôt a priori pour ce quinquennat… mais déjà 8 nouvelles contributions et taxes.

Notre ministre de l’Economie l’a dit et répété : il n’y aura pas de nouvel impôt pendant ce quinquennat ; en omettant cependant de préciser qu’avaient d’ores et déjà été instaurées pas moins de sept contributions et taxes en sept mois. A celles-ci s’ajoute une nouvelle taxe locale héritée du quinquennat Hollande.

Les nouvelles contributions et taxes 

La première loi de finances rectificative pour 2017 a introduit deux contributions sur l’impôt sur les sociétés au taux de 15% (qui peuvent se cumuler et donc atteindre 30%) pour les très grandes entreprises. Ces deux contributions sont dites « exceptionnelles » ; mais n’ont en réalité d’exceptionnelles que le nom dès lors qu’elles s’inscrivent dans le prolongement de la contribution exceptionnelle instaurée en 2012, laquelle a déjà été prorogée et augmentée une fois.

La deuxième loi de finances rectificative pour 2017 a, quant à elle, instauré deux taxes :

• la taxe sur l’exploration d’hydrocarbures ;

• la taxe sur l’exploration de gîtes géothermiques à haute température.

La loi de finances pour 2018 a également introduit trois taxes :

• la taxe pour le développement des industries de fabrication du papier, du carton et de la pâte de cellulose ;

• la taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules de tourisme ;

• la taxe sur les plus-values réalisées à l’occasion des cessions de logements par les organismes d’habitations à loyer modéré et par les sociétés d’économie mixte agréées.

A ces nouvelles contributions et taxes s’ajoutent deux nouveaux impôts qui, certes, viennent remplacer des impôts supprimés, mais qui ont un champ d’application sensiblement différent :

• l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) en place de l’Impot sur la Fortune (ISF) ;

• le prélèvement forfaitaire unique au taux de 30%.

 La taxe héritée du précédent gouvernement

La taxe Gemapi, rebaptisée « taxe inondation », a été instaurée en 2014 mais est seulement entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2018. Il s’agit d’une nouvelle taxe locale gérée par les EPCI à fiscalité propre, qui est optionnelle et additionnelle puisqu’elle s’ajoute au montant des autres taxes locales (taxe d’habitation, etc.). Elle pourrait s’élever en 2018 jusqu’à 40 euros par habitant (et non par ménage) ; ce qui pourrait largement venir compenser le gain fiscal résultant de la diminution d’un tiers du montant de la taxe d’habitation en 2018.

En résumé

Les 8 nouvelles contributions et taxes du quinquennat sont :

• les deux contributions exceptionnelles sur l’impôt sur les sociétés aux taux de 15%, qui peuvent se cumuler et donc atteindre 30% ;

• la taxe sur l’exploration d’hydrocarbures ;

• la taxe sur l’exploration de gîtes géothermiques à haute température ;

• la taxe pour le développement des industries de fabrication du papier, du carton et de la pâte de cellulose ;

• la taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules de tourisme ;

• la taxe sur les plus-values réalisées à l’occasion des cessions de logements par les organismes d’habitations à loyer modéré et par les sociétés d’économie mixte agréées ;

• la taxe Gemapi, dite « inondation ».


	
Tags:
0 shares